Bonjour, nous sommes le
mardi 19 février 2019

Accueil >Patrimoine >Eglise de Montfort > Elaboration d’une icône

Elaboration d’une icône

lundi 5 novembre 2012, par Claire

Cette croix va être réalisée à la manière et dans la technique de l’icône ; Voici en quelques lignes des indications quant à la réalisation d’une icône :

1- PRIER
Prière personnelle, prière de l’iconographe, prière pour demander à l’ESPRIT SAINT de nous guider…

2- TRAVAILLER dans le SILENCE, la PAIX INTERIEURE, le RECUEILLEMENT

3- CHOISIR un THEME ou accepter une commande (venant d’un particulier ou d’une paroisse)

4- RECHERCHE de DOCUMENTATION

5- RECHERCHE de différentes esquisses, dessin, puis pochade en couleurs (Saint MAUR, Saint PIERRE, CHRIST ressuscité de Masserac, Saint GEORGES etc.)

  • choix de la composition
  • choix du format
  • choix des couleurs dominantes

6- PREPARATION de la PLANCHE SUPPORT

La durée de vie d’une icône est surtout fonction du travail de préparation : choix et préparation de la planche, préparation de l’enduit. Par conséquent, tout doit être l’objet de soins attentifs.
Le meilleur bois pour les planches d’icônes provient des essences suivantes : TILLEUL, AULNE, FRENE, BOULEAU, CYPRES, HETRE.
Le bois doit être sec, sans nœud ou autres défauts.

  • Creusement de la planche (parfois)
  • Encollage et entoilage

Pour encoller et entoiler la planche, on utilise une colle fabriquée à partir de « colle de peau de lapin » (en plaque ou en granulés) trempée dans de l’eau une nuit, puis réchauffée au bain-marie.
On utilise un tissu fin de coton trempé dans la colle chaude puis appliqué sur la planche précédemment encollée.

  • Préparation de l’enduit (le LEVKAS)

Dans la colle de peau réchauffée et liquéfiée au bain-marie on dilue du Blanc de MEUDON en poudre dans des proportions précises.

On passe une première couche d’enduit sur la planche entoilée et il faut compter un temps de séchage de plusieurs heures. On passe ensuite les autres couches (de 12 à 15) en laissant toujours un temps de séchage de plusieurs heures (voire d’une journée) afin d’éviter les fissures et autres désagréments.

  • Ponçage de l’enduit

Lorsqu’il est bien sec (après un bon temps de séchage) on ponce l’enduit à l’aide de différents papiers de ponçage en terminant par le grain 1200. La surface doit être lisse et douce comme de l’ivoire.

7- AGRANDISSEMENT du DESSIN

L’agrandissement du dessin à la taille réelle de l’icône se fait sur papier. Ce dessin après corrections est reporté sur calque pour une mise au point définitive. Ce calque servira de transfert pour le report sur la planche enduite et poncée grâce à un crayon « sanguine » au dos du dessin.

8- REPORT du DESSIN sur la PLANCHE

On grave les traits essentiels (pour que le dessin initial reste perceptible à travers les nombreuses couches successives de glacis).
On recherche ensuite le graphisme des lettres.

9- LA DORURE

Afin de donner une nuance à l’or, on le pose, généralement, sur un fond rouge. On emploie, de préférence, « la terre d’ Arménie » qui est vendue sous le nom d’ « assiette à dorer » et qui permet de « brunir » l’or si on le souhaite.
(Brunir l’or consiste à le polir avec une pierre d’agate pour obtenir des surfaces très brillantes).
L’or employé est de l’or fin « libre » à 23 carats et la technique de dorure que j’emploie (il en existe plusieurs) est celle de la « dorure à l’eau ».
Il faut travailler la dorure avant la mise en couleur car les petits morceaux d’or pourraient se coller sur les parties peintes diluées au jaune d’œuf. (Dans ce cas il faudrait tout gratter et recommencer.)
Le plus souvent les auréoles (qui ont été gravées et poinçonnées auparavant) et souvent le fond reçoivent l’or.
J’utilise, pour ma part, beaucoup d’or dans les icônes que je peins, c’est un choix personnel, d’autres iconographes n’utilisent l’or que pour l’auréole.

10- TRAVAIL de MISE en COULEURS

De nombreuses couches transparentes sont superposées en respectant un temps de séchage de plusieurs heures entre deux couches .
On travaille « à la flaque ». Les iconographes utilisent des pigments de couleurs naturelles qu’ils broient eux-mêmes et qu’ils mélangent à une « émulsion » (mélange de jaune d’œuf et d’eau).
Ce mélange -pigment-émulsion- est ensuite additionné d’eau suivant la transparence désirée pour chacune des couches.

11- MISE en LUMIERES

Il n’y a jamais de source de lumière sur les icônes, car la lumière est leur sujet ; (on n’éclaire pas le soleil). Selon l’ancienne règle iconographique, il faut d’abord peindre le fond, les vêtements, et le paysage sur une icône avant de travailler la carnation (mains, visages, chevelures) qui dans un premier temps est recouverte d’un mélange de base brun olive foncé (le VERDACCIO).

La technique des couleurs iconographiques se caractérise par le fait que l’on commence par les nuances les plus foncées et que l’on « monte » vers les nuances plus claires « les LUMIERES », par couches successives de plus en plus réduites pour terminer par un trait très clair, ou même blanc (dernières lumières). C’est la méthode dite de CLARIFICATION PROGRESSIVE qui suggère le symbole « MORT-RESURRECTION ».
Le nombre de couches posées pour éclaircir une surface dépend, bien sur, de l’effet définitif que l’on veut obtenir. (La couleur employée doit être bien liquide car en iconographie, on ne travaille jamais par empâtement.)

Comme nous l’avons vu, il est de tradition de travailler les carnations en dernier. On utilise une couleur de base particulière (vert olive foncé), cette teinte a varié suivant les époques et les écoles d’iconographie différentes. On obtient cette couleur en mélangeant plusieurs pigments (ce qui est rare en iconographie puisqu’on utilise toujours le pigment pur en transparences superposées (méthode russe). Sur ce fond vert olive foncé, différents glacis d’ocres de plus en plus clairs seront superposés avant de recevoir les dernières lumières.

12- INSCRIPTION du NOM

13- FINITIONS

  • Dernières lumières (fines claires et précises)
  • Cadre
  • Filet d’encadrement

14- SECHAGE de L’ICONE

L’icône doit sécher plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à l’abri de la poussière et de la lumière.

15- VERNISSAGE

4 à 5 couches de vernis protecteur sont nécessaires.

16- BENEDICTION de L’ICÔNE

L’icône doit être bénie avant d’être livrée aux regards des fidèles.

breves



Si vous souhaitez prendre un temps d’écoute, le Père Yannick propose de vous recevoir individuellement. Contacter l’accueil du presbytère pour fixer cette rencontre.

INFOS !!!

PLANNING DES MESSES !

JANVIER 2019

Samedi 12 janvier
Rencontre des jeunes qui se préparent à la Profession de Foi à 10h au presbytère de Montfort.

Mardi 15 janvier
* Rencontre des membres qui assurent l’accueil au presbytère à 10h au presbytère de Montfort

* Accueil des relais des communautés chrétiennes à 11h au presbytère de Montfort

Lundi 21 janvier
Formation biblique pour les membres des équipes d’accompagnement des familles en deuil, des guides d’obsèques à 9h30 au presbytère de Montfort.

Mardi 22 janvier
Rencontre du MCR à 14h30 au presbytère de Montfort avec comme thème d’échanges « Les familles aujourd’hui ».

Jeudi 24 janvier
* Formation biblique pour les membres des équipes d’accompagnement des familles en deuil, des guides d’obsèques à 14h au presbytère de Montfort.

* Rencontre des parents des enfants qui se préparent à vivre la 1ère des communions à 20h30 à la salle paroissiale de Talensac.

Samedi 26 janvier
Rencontre des jeunes se préparant à la Profession de Foi de 10h à 11h30 au presbytère de Montfort .


PASTORALE des JEUNES du DOYENNE DE BROCELIANDE

La prochaine célébration des jeunes aura lieu le samedi 19 janvier à 19h00 à SAINT-MAUGAN
Accueil à 17h30 à la cantine de Saint-Maugan pour un goûter et une boisson chaude
Célébration à 19h00 pour tous les jeunes, leurs familles, leurs amis
Pique-nique mit en commun pour les jeunes (à partir de la 6ème) à la cantine de
Saint-Maugan.
Débat, ateliers, jeux,…
FIN à 22h00
N’hésitez surtout pas à diffuser très largement cette invitation !!


TEMPS FORT :
« ÉVEIL À LA FOI »

Une fois par mois le mercredi
de 17 à 18h
au presbytère de Montfort

Ce sont des mamans de la paroisse qui animeront ce moment. A suivre, il est proposé un temps de prière à l’église à 18h où les parents sont invités à rejoindre les enfants jusque 18h30.

Plus d’infos ICI

Pour information durant la messe le dimanche à Montfort, il est proposé un temps adapté pour les jeunes enfants.


Le père Claude Edet souhaite visiter les personnes seules, malades...
N’hésitez pas à lui faire appel. Il sera heureux de vous rencontrer.
Vous pouvez le contacter au presbytère d’Iffendic : 09 69 80 48 41.


PAROISSE SAINT LOUIS-MARIE EN BROCELIANDE - Tél. : 02 99 09 01 31 - Contact Presbytère
Webmaster | Designed & Realised by ClaireServices | Suivre la vie du site RSS 2.0
| Plan du site | Mentions légales