Bonjour, nous sommes le
mercredi 01 décembre 2021

Accueil >Actualités > Avec Jésus, être présent, être là où l’on nous attend.

Avec Jésus, être présent, être là où l’on nous attend.

29ème JOURNÉE MONDIALE DU MALADE

La maladie et la souffrance peuvent parfois bouleverser nos vies ou celles de nos proches : pour nous encourager à donner de notre temps, soutenir les malades, être attentif à leurs besoins, une journée mondiale des malades, créée en 1992 par le Pape St Jean-Paul II, est célébrée chaque année, le 11 février, jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes.

La Journée mondiale du malade se décline dans les diocèses français en un Dimanche de la Santé, pour rappeler que l’accompagnement des personnes souffrantes est une priorité évangélique, mais aussi sensibiliser chacun pour préserver le don de la santé.

Les malades se sentent très rapidement mis à part de la vie des bien-portants, c’est pourquoi les liens de solidarité, et tout ce qui permet aux personnes atteintes de maladie de se sentir écoutées, reconnues est extrêmement important. Bien que cette journée ait un sens tout particulier pour les Chrétiens, il n’est pas nécessaire d’avoir des convictions religieuses pour apporter son aide et sa compassion à des personnes souffrantes, un petit geste suffit !

Message du Pape François pour la 29ème Journée Mondiale du Malade le 11 février 2021. « Vous n’avez qu’un seul maître et vous êtes tous frères (Mt 23, 8). La relation de confiance à la base du soin des malades. »

Le Dimanche de la Santé

En France, cet événement se vit en paroisse à l’occasion du Dimanche de la Santé, généralement le dimanche le plus proche du 11 février. L’Eglise est présente sur le terrain de l’accompagnement, au sein des aumôneries hospitalières avec ses équipes de bénévoles qui œuvrent aux côtés d’associations laïques où tant de personnes de bonne volonté s’engagent aussi. Encourager tous ces volontaires, qui partout en France dans les plus petits villages et les plus grands hôpitaux, dans la discrétion et la simplicité, se rendent présentes au jour le jour à l’autre, malade, seul, isolé, est l’une des dimensions du Dimanche de la santé. Les inviter à approfondir leur engagement, à poursuivre leur formation, à donner du sens à ce service et à cette mission aussi.

« Nous devons être témoins auprès des malades de cet Evangile qui peut les aider à se remettre debout. »

Tous concernés :
« Ce sont tous les chrétiens, chacun selon ses possibilités, qui sont invités à prendre soin de ceux que la maladie a frappés, à leur rendre visite, à les réconforter dans le Seigneur, à leur apporter une aide fraternelle pour tout ce dont ils ont besoin…
Et celui qui est malade ne sera pas pour eux d’abord un malade, mais une personne : une personne, affectée sans doute par la maladie, mais appelée elle aussi, à maintenir et développer une vie de relation et d’échanges ; une personne invitée comme chaque être responsable à assumer sa vie et à faire face aux difficultés ; une personne conviée comme tout chrétien à faire de sa vie une réponse personnelle aux appels de Jésus-Christ ». (extrait du rituel des Sacrements pour les malades).

« TOUT LE MONDE TE CHERCHE » : c’est le thème du dimanche de la Santé 2021.

Nous sommes appelés à porter notre regard et notre prière sur le monde de la santé et sur tout ce qui se vit au nom de l’Eglise pour prendre soin des personnes malades, âgées ou handicapées, des soignants, des aidants…

Témoignages de ce qui se vit à l’aumônerie de l’hôpital de Montfort

La paroisse St louis-Marie a célébré la journée de la Santé le dimanche 14 février.
A la fin de la Messe, Christine Baud, aumônière de l’hôpital, nous a livré un petit témoignage :

L’hôpital de Montfort est une petite structure où l’Église est présente : il y a donc un service aumônerie que je représente, et 15 bénévoles. Hélas, depuis un an, ces derniers ne peuvent plus assurer leur service à cause de la pandémie.

Quel rôle a notre service ? Avec Jésus, être présent, être là où l’on nous attend.
C’est la pastorale de la rencontre et de l’écoute de nos frères et sœurs souffrants, isolés, angoissés.

En temps normal, nous organisons une célébration eucharistique par semaine, et les frères et sœurs bénévoles vont chercher dans leur chambre les personnes âgées et les malades en fauteuil roulant, afin que ceux-ci puissent participer à la messe. Des bénévoles vont aussi prier et donner la communion aux personnes malades dans leur chambre.

Mon rôle d’aumônière est d’animer l’équipe des bénévoles, d’aller à la rencontre des malades, des résidents de l’EHPAD et de leurs familles. Il s’agit d’être à l’écoute et de partager du temps avec des hommes et des femmes qui vivent la fin de leur histoire de vie, d’être à l’écoute de ceux et celles qui voient s’approcher le jour du Seigneur.

Souvent, médecins et soignants me disent, « Cette personne n’a plus beaucoup d’espérance de vie.  » Alors, avec ceux qui sont prêts à l’entendre, je leur dis que Jésus a guéri des malades, mais que ce n’est pas le cœur de son œuvre : l’œuvre de Jésus, c’est de sauver le monde, c’est de nous proposer une éternité de bonheur, et notre espérance de vie est là, nous les chrétiens, les baptisés, si nous le voulons, si nous acceptons l’amour du Christ.

Souvent, lorsque je quitte l’hôpital, je me redis cette phrase de Mère Teresa qui me réconforte : « Nous réalisons que ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais si cette goutte n’existait pas, elle manquerait. »

Christine Baud,
aumônière à l’hôpital de Montfort.





Membre de l’aumônerie de l’hôpital depuis quelques années, je participe, selon mes disponibilités, à la vie de l’équipe et aux visites des personnes de l’EHPAD. Des rencontres toutes simples, un petit mot amical, un sourire, juste une présence. Avec certaines personnes un échange spirituel, une lecture d’évangile ou une prière.
Des rencontres toujours belles, mais aussi, parfois déstabilisantes quand une dame m’a demandé : « vous faites comment, vous, avec Dieu ? ». Où ce moment assez drôle où un couple venant visiter une connaissance me croise dans le couloir et répond à mon « bonjour messieurs dames » par un « bonjour docteur ! ».

Richard,
membre de l’équipe d’aumônerie.

ANNONCES

Le Film FATIMA des Productions SAJE sera projeté au Cinéma LA CANE à MONTFORT le :
- mercredi 20 octobre à 15h
- mardi 26 octobre à 20h30



ENSEIGNEMENTS ou TEMOIGNAGES

Les écrans

Très bel enseignement sur les écrans donné aux jeunes du Festival Open Heaven (Cté des Béatitudes).

L’enseignement commence à partir de la 19ème minute.

Gino Bartali, au nom de la liberté

« Le bien se fait, il ne se raconte pas. Il est des médailles que l’on accroche à l’âme, et non à sa veste ». Le 5 mai 2020, cela a fait 20 ans que le grand champion de cyclisme Gino Bartali nous a quitté. De lui, les générations de sportifs retiennent une légende. Mais Gino Bartali a une autre histoire, secrète, magnifique, liée à sa foi profonde.


Si vous souhaitez prendre un temps d’écoute, le Père Yannick propose de vous recevoir individuellement. Contacter l’accueil du presbytère pour fixer cette rencontre.

Le père Joseph Sicot et le père Claude Edet souhaitent visiter les personnes seules, malades...
N’hésitez pas à leur faire appel. Ils seront heureux de vous rencontrer.
Père Joseph : 02 56 49 66 76 (Bédée)
Père Claude : 09 69 80 48 41 (Iffendic).


PAROISSE SAINT LOUIS-MARIE EN BROCELIANDE - Tél. : 02 99 09 01 31 - Contact Presbytère
Webmaster | Designed & Realised by Claire Levrel| Suivre la vie du site RSS 2.0
| Plan du site | Mentions légales