Accueil >Actualités > Homélie d’Ordination Guillaume Camillerapp

Homélie d’Ordination Guillaume Camillerapp

samedi 2 juillet 2016, par Claire

Homélie d’Ordination sacerdotale de Guillaume Camillerapp de Monseigneur Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo en la Cathédrale Saint-Pierre de Rennes, le dimanche 26 juin 2016

Évangile selon saint Matthieu 16,13-19

« Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Tous, nous entendons la confession de foi de l’Apôtre saint Pierre : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » (Matthieu 16,16) Cette confession de foi est au coeur de la révélation chrétienne. Elle est le roc sur lequel l’Église est construite. L’Église confesse ainsi que le Seigneur Jésus, le Fils du Dieu vivant, est « Dieu né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu », qu’il est né de la Vierge Marie et que selon la chair, il est « fils de David » (Matthieu 1,1), il est « le Christ », c’est-à-dire le Messie annoncé par tous les prophètes : celui qui serait le « Serviteur » de Dieu et qui sauverait son peuple.

« Un seul Seigneur »

Depuis plus de deux mille ans, l’Église ne cesse de reconnaître en Jésus, son Seigneur et son Maître. Avec l’Apôtre saint Thomas, elle confesse devant le Ressuscité : « Mon Seigneur et mon Dieu. » (Jean 20,28) L’Église ne cesse pas de fixer les yeux sur lui en proclamant : « Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ. » C’est pourquoi, l’Église est « une ».

« Toi seul es saint »

Le Seigneur Jésus ressuscité proclame à ses Apôtres : « Recevez l’Esprit Saint. » (Jean 20,22) L’Église est habitée par l’Esprit Saint. Il est comme son « âme » ; il l’unifie dans la charité par l’abondance de ses dons ; il illumine son coeur en lui dévoilant la présence du Ressuscité qui est « Dieu avec nous », présent « tous les jours jusqu’à la fin des temps », comme le proclame l’Apôtre saint Matthieu (1,23 ; 28,20). Dans le chant du Gloria, l’Église confesse dans la foi : « Toi seul es saint ! », en reprenant une affirmation du livre de l’Apocalypse (15,4). C’est pourquoi, l’Église habitée par Celui-là seul qui est saint, dont l’âme est l’Esprit Saint, est « sainte ».

L’Esprit Saint sanctifie les membres de l’Église, car tous sont appelés à la sainteté, selon les appels que nous pouvons lire dans les Lettres des Apôtres saint Pierre et saint Paul reprenant l’Appel de Dieu lui-même : « Soyez saints car moi, votre Dieu, je suis saint. » (Lévitique 19,2)

La totalité de la foi

L’Esprit Saint assiste l’Église pour qu’elle soit fidèle à son Seigneur. En contemplant le Christ Seigneur, en se mettant avec humilité à l’écoute de l’Esprit Saint, en scrutant sans cesse la Parole de Dieu, se mettant dans « l’obéissance de la foi », l’Église ne cesse pas de déployer au long des siècles le contenu infini de la foi en Jésus de Nazareth, mort sur la croix et ressuscité le troisième jour, selon les Écritures (1 Corinthiens 15,3-4).

L’Église a reçu la totalité de la Révélation et la totalité de la foi, destinée à tous les hommes qui sont tous appelés à devenir membre de cette unique Église du Christ. C’est pourquoi, l’Église est « catholique ». Sa foi est celle des Apôtres, avec en leur sein le premier d’entre eux, saint Pierre ; c’est pourquoi, l’Église est « apostolique ».

« Le sauveur du monde »

Si le Seigneur Jésus est le Messie, comme le proclame l’Apôtre saint Pierre, l’Église confesse avec l’Apôtre saint Jean qu’il est le « sauveur du monde » (Jean 4,42). Elle le proclame à chaque fois qu’elle célèbre la Messe : « Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jean 1,29). Il a porté le péché du monde sur la croix pour nous en délivrer. L’Église sait que Jésus signifie « Le Seigneur sauve » (Matthieu 1,21). Par son sacrifice, Jésus offre la possibilité de salut à tout homme. Dans son sacrifice, la « justice absolue » de Dieu, pour reprendre l’expression de saint Jean-Paul II, s’exerce sur les péchés des hommes. Ainsi le mal, le péché, « la puissance de la mort » (Matthieu 16,18), n’auront pas de prise sur l’Église, et n’auront jamais le dernier mot, comme l’enseigne avec ardeur Benoît XVI.

Cette justice absolue, vainqueur du mal et de la mort, provient de l’Amour de Dieu : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils », écrit l’Apôtre saint Jean (3,16). Toute l’œuvre de salut conduit à l’amour ; elle provient de l’amour et elle conduit à l’amour, comme l’affirme admirablement le Catéchisme de l’Église Catholique reprenant le Catéchisme Romain issu du Concile de Trente (CEC n. 25), de telle sorte que les hommes vivent le double commandement de l’amour pour Dieu, en l’aimant de tout leur cœur, de toute leur âme et de tout leur esprit, et en aimant leur prochain comme eux-mêmes (cf. Matthieu 22,37-39). Ainsi, le Seigneur conclut : « Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Matthieu 5,48)

« Béni soit le Père des miséricordes »

L’Église confesse que le Seigneur Jésus est descendu aux enfers, qu’il est allé chercher tous les hommes qui attendaient le salut, et qu’il est ressuscité d’entre les morts. Il est « le Vivant » (Apocalypse 1,18), notre « grand prêtre » (Hébreux 8,1), assis éternellement à la droite de Dieu. Par son sacrifice sur la croix et par sa sainte résurrection, le Seigneur manifeste l’infinie miséricorde de Dieu sur tous les hommes.

C’est ainsi que Dieu est « riche en miséricorde » (Éphésiens 2,4), écrit l’Apôtre saint Paul, lui qui ne veut rien savoir « que Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié » (1 Corinthiens 2,2). Saint Paul bénit Dieu : « Béni soit Dieu le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation. » (2 Corinthiens 1,3)

L’Apôtre saint Pierre, lui qui confesse que Jésus est « le Christ, le Fils du Dieu vivant », chante la miséricorde de Dieu : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts. » (1 Pierre 1,3)

Ainsi l’Apôtre saint Pierre et l’Apôtre saint Paul sont tous les deux réunis dans la même confession de foi : en confessant Jésus, unique Seigneur, Christ et Fils de Dieu, ils proclament la miséricorde de Dieu. Celle-ci s’est pleinement révélée par la mort et la résurrection du Seigneur Jésus. Les Évangiles nous révèlent à plusieurs endroits que Jésus lui-même est rempli de miséricorde (cf. Marc 1,41). Il la vivra en plénitude sur la croix et dans sa résurrection.

« Heureux celui qui croit »

Sa résurrection, voilà l’acte infini, l’acte transcendant de Dieu, l’acte qui transcende toute histoire et toute pensée humaine ! Le Christ est ressuscité d’entre les morts ! Cet acte souverain, transcendant de Dieu, c’est l’acte divin de la miséricorde. Souvenons-nous, celui qui « était perdu », car « il s’est fait péché pour nous » comme le proclame l’Apôtre saint Paul (2 Corinthiens 5,21), est « retrouvé » ; celui qui « était mort » « est revenu à la vie » (Luc 15,32).

En donnant vie à Jésus, mort sur la croix à cause de nos péchés et du péché du monde, le Seigneur fit acte infini de miséricorde en donnant sa grâce, sa vie, sa bonté, son salut et sa sainteté à tous ceux et toutes celles qui, dans le Christ, sont régénérés par le saint Baptême. Et il appelle avec une infinie douceur, au long des siècles, à l’intérieur de chaque famille, dans toute conscience humaine, tout homme, tout enfant, tout vieillard à ouvrir son coeur à l’appel prononcé par le Ressuscité : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » (Jean 20,29)

C’est ainsi que le Seigneur ressuscité proclame la béatitude qui vivifie l’Église, elle qui est habitée par la foi apostolique. Elle ne cesse pas de confesser la foi dans sa pureté et son intégralité, et de la déployer comme une mère le fait pour chacun de ses enfants afin que chacun d’entre eux, au long de l’histoire, entre peu à peu dans la béatitude du Ressuscité : « heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

« Je bâtirai mon Église » : les saints et les martyrs

Nous comprenons donc le passage d’Évangile de saint Matthieu que nous venons d’entendre, où le Seigneur Jésus évoque « son » Église. Plus précisément, il affirme : « tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église. » (16,18) Voilà l’acte du Seigneur ressuscité, lui qui est le Vivant assis éternellement à la droite du Père, lui qui est Dieu né du vrai Dieu, lumière née de la lumière : il ne cesse pas de bâtir son Église. Depuis la Pentecôte chrétienne à Jérusalem, il construit son Église qui, à travers le monde et à travers les siècles, donne constamment au monde des saints et des saintes. L’Église se manifeste en quelque sorte à nos yeux quand, tous ensemble, nous célébrons la fête de la Toussaint. En la voyant, nous voyons l’acte divin de miséricorde qui, par le Ressuscité et en Lui, la bâtit dans l’unité et la paix.

Cette Église ne cesse pas de grandir, de s’affirmer, de témoigner du Seigneur Jésus, lorsqu’elle est habitée par les martyrs depuis le Ier siècle jusqu’au XXIème siècle. Des chrétiens, habités par la foi de l’Église, préfèrent l’amour pour Dieu plutôt que de renoncer à leur foi. Nous connaissons les martyrs du Ier siècle, nous connaissons des martyrs au long des siècles, nous savons qu’aujourd’hui des chrétiens sont martyrisés parce qu’ils préfèrent leur fidélité à la foi des Apôtres annoncée aujourd’hui par le Successeur de Pierre. Cette Église, constamment habitée par les martyrs, est fécondée par leur sang, comme l’a admirablement dit Tertullien.

Ce qui était vrai du temps de Tertullien est vrai aujourd’hui, comme l’ont magnifiquement dit saint Jean-Paul II, le pape Benoît XVI et plus récemment le pape François : l’unité de l’Église s’atteste et s’enrichit par les martyrs. L’unité de l’Église, c’est l’Église des martyrs qui, à la suite des Apôtres saint Pierre et saint Paul, tous les deux martyrs, confesse qu’il n’y a rien de plus grand, de plus aimable, qui vaille l’engagement absolu de toute une liberté humaine, sinon la foi en Dieu, vécue dans l’amour (Galates 5,6).

Aimer le Christ et son Église

Tout cela, c’est l’œuvre du Seigneur ressuscité : « Je bâtirai mon Église. » Quelle foi remplie d’espérance pouvons-nous donc avoir aujourd’hui ! Foi vivante, foi débordante, foi remplie d’amour, puisque nous entendons le Seigneur Jésus proclamer aujourd’hui : « Je bâtirai mon Église. » Comment douter un instant que le Seigneur Jésus soit infidèle à sa Parole ?

Nous le comprenons quand nous entendons la proclamation de l’Apôtre saint Paul : le Seigneur Jésus est « la tête de son corps » qui est l’Église (Éphésiens 1,22). Cette affirmation traditionnelle, qui vient directement de l’Apôtre saint Paul, n’a pas cessé d’être méditée au long des siècles ; elle a été développée de façon admirable par le pape Pie XII et elle est enseignée avec force par le concile Vatican II.

Oui, l’affirmation du Seigneur ressuscité, « Je bâtirai mon Église », signifie, comme l’a proclamé l’Apôtre saint Paul, qu’il est « la tête de son corps », l’Église. Ce corps trouve sa vie en étant relié à sa tête. Et cette tête, qu’est le Seigneur Jésus ressuscité, notre Grand Prêtre et notre Sauveur, donne vie, unité, sainteté, catholicité et apostolicité à son corps qui est l’Église.

Ainsi, aimer le Christ Jésus, le confesser comme notre seul Seigneur, c’est inévitablement aimer son Église et confesser : « je crois en l’Église une, sainte, catholique et apostolique. » Comme le souligne Le Catéchisme de l’Église Catholique, toutes ces personnes qui meurent dans la foi en prononçant cet unique mot « Jésus », comme l’a vraisemblablement fait ce matin une jeune femme qui a vécu sa Pâque, ressemblent à sainte Jeanne d’Arc qui, sur son bûcher, a prononcé ce dernier mot « Jésus » (CEC n. 435). Ils sont unis à Jésus ressuscité. Ils sont au coeur de l’Église.

Sainte Jeanne d’Arc affirme : « De Jésus-Christ et de l’Église, il m’est avis que c’est tout un. » (CEC n. 795) Impossible d’aimer le Seigneur Jésus, de le confesser comme son seul Seigneur, sans confesser l’amour pour l’Église une, sainte, catholique et apostolique !

Le sacerdoce de l’évêque et des prêtres

Si le Seigneur Jésus est « la tête de son corps », alors il agit comme ressuscité par la puissance de l’Esprit en son Église en suscitant le sacerdoce ministériel. À la suite des Apôtres, il suscite par l’imposition des mains et le don de l’Esprit les successeurs des Apôtres qui, tous ensemble et chacun personnellement, agissent « in persona Christi capitis ». C’est parce que le Christ ressuscité est tête
de son Église que le ministère épiscopal existe, que le sacerdoce ministériel existe.
L’évêque n’agit que parce que le Christ ressuscité bâtit son Église, que parce qu’il est « la tête de son corps ».

Ainsi, revêtu du sacerdoce ministériel, de la plénitude du sacerdoce, l’évêque, en communion avec le Saint-Père, dans le Collège épiscopal, agit au nom du Christ tête pour que le Christ tête construise toujours son Église. Ce sacerdoce ministériel, possédé en plénitude, est le don gratuit de la miséricorde divine, fait par le Christ qui aime l’Église (Éphésiens 5,25), transmis par l’imposition des mains et le don de l’Esprit Saint. L’évêque, par l’imposition des mains et le don du Saint-Esprit, le transmet à celui qui devient son « collaborateur », son « coopérateur », son « frère » et son « ami », non pas à cause de liens affectifs, ni à cause de liens sensibles, mais à cause de ce sacerdoce qui vient du Christ tête et qui unit dans la mission pastorale au nom de l’unique « Bon Pasteur » (Jean 10,11.14).

En « communion » dans le Christ, seul Seigneur

C’est ainsi qu’entre chaque évêque et le Saint Père, et entre tous les évêques, existe ce que l’on appelle, depuis saint Paul, sainte Irénée et toute la succession apostolique, dans toute la Tradition vivante de l’Église, la « communion » (Galates 2,9). C’est ainsi qu’il existe la « communion » entre l’évêque et les prêtres du presbyterium, c’est-à-dire tous les prêtres à qui l’évêque a confié une mission pour le même Peuple de Dieu, le peuple de l’Archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo.

Aujourd’hui par l’imposition des mains et la prière qui invoque l’Esprit Saint, voici que le sacerdoce, que l’évêque a reçu en plénitude, est transmis à Guillaume qui est ainsi enfanté à une nouvelle vie. Il devient « prêtre », prêtre de l’Église, pour agir « in persona Christi capitis », au nom du Christ tête.

Cela nous invite, nous, évêques et prêtres, à fixer nos yeux sur le Christ, à l’aimer plus que tout. L’Apôtre saint Pierre le proclame : « Tu sais tout : tu sais que je t’aime. » (Jean 21,15) L’Apôtre saint Paul en témoigne : « Pour moi vivre, c’est le Christ. » (Philippiens 1,21)

Ainsi, les prêtres qui ont été ordonnés, le prêtre qui va être ordonné, sont invités à fixer leurs yeux sur le Christ pour contempler celui qui dit : « Je bâtirai mon Église. » Pour être ses serviteurs selon le sacerdoce. Le prêtre ne dit pas de plus belle parole quand il célèbre l’Eucharistie et lève l’hostie consacrée, le corps du Christ qu’il présente à l’assemblée réunie en disant : « Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. » (Jean 1,29) Le prêtre ne dit pas de plus belle parole que celle que le Christ a prononcée quand il dit : « Je te pardonne tous tes péchés. » (Matthieu 9,2)

Voici que le prêtre, par son humanité et la consécration de l’Ordination qu’il a reçue, permet au Christ tête de bâtir son Église.

La charité pastorale, pour la miséricorde

Enfin, le prêtre qui contemple le Christ, qui garde dans son agenda des heures d’oraison pour contempler matin et soir le Christ, se laisse imprégner du Christ pour grandir dans la charité du Christ. Il devient un prêtre habité par la « charité pastorale », brûlé d’amour pour les jeunes, les enfants, les couples, les familles, les personnes âgées, les personnes en souffrance, les personnes heureuses. Le prêtre est brûlé d’amour, à l’image des Apôtres saint Paul (2 Corinthiens 11,29) et saint Pierre (Jean 21,15-18).

En étant brûlé d’amour, il n’a qu’un souci, et qu’une attitude : humblement, « avec douceur et respect », comme le souligne l’Apôtre saint Pierre (1 Pierre 3,16) proclamer « à temps et à contretemps la Parole de Dieu » (2 Timothée 4,2). Ainsi, le prêtre, en communion avec l’évêque, permet au Christ de « bâtir son Église », l’assemblée sainte, le peuple saint de Dieu, gardé dans l’unité.

Ainsi ce peuple saint de Dieu composé de tous les chrétiens avec la variété de leur charisme, baptisés et confirmés, nourris de l’Eucharistie et du sacrement de Réconciliation, du sacrement du Mariage, du sacrement des Malades, devient un peuple « ardent à faire le bien » (Tite 2,14) et à témoigner devant le monde que le Christ est vivant, qu’il est le « sauveur du monde » et qu’il aime chaque homme avec une infinie miséricorde.

Bonjour, nous sommes le
lundi 11 décembre 2017

breves



Si vous souhaitez prendre un temps d’écoute, le Père Yannick propose de vous recevoir individuellement. Contacter l’accueil du presbytère pour fixer cette rencontre.

INFOS !!!

PLANNING DES MESSES !

Fermeture de la Chapelle Saint Joseph : Les célébrations de la semaine auront lieu à l’avenir à l’oratoire de l’église à partir du 27 octobre 2016.

REPETITION DE CHANTS

pour tous !

- Mardi 9 janvier à 20h30 (lieu précisé ultérieurement)
- Lundi 26 février à 20h30 (lieu précisé ultérieurement)

DECEMBRE

Samedi 2 décembre
Cheminement des fiancés vers le mariage : rencontre entre 10h00 et 12h00 salle paroissiale d’Iffendic.

Dimanche 3 décembre
Accueil des fiancés se préparant au mariage à la messe à 10h30 à l’église de Montfort.

Le film « L’ETOILE DE NOEL » au cinéma la Cane à Montfort à 15h00. Un bon film à voir en famille. Il est en particulier conseillé aux enfants de 3 à 10 ans qui peuvent se laisser interpelés et éveillés. Ce dessin animé est riche d’émotions et donne accès aux écritures avec une grande fidélité...

Lundi 4 décembre
Vœux de la paroisse qui auront lieu le dimanche 7 janvier en après-midi : Soirée de préparation à 20h30 au presbytère de Montfort.

Mercredi 06 décembre
Rencontre des membres de l’Equipe Pastorale de Paroisse à 20h30 au presbytère de Montfort.

Vendredi 8 décembre
Fête de l’Immaculée Conception, la messe de 9h00 sera décalée à 19h30 à l’église de Montfort.

TEMPS DE L’AVENT sur la paroisse

Dimanche 10 décembre
Temps d’Adoration et de prière à l’église de Breteil de 15h00 à 16h00, accompagné de musique et de chants.

Mardi 12 décembre
En Avent ! Bientôt c’est Noël !
Prenons une heure avec Dieu « Dieu s’est fait pauvre et humble ! Il nous appelle » 
Venez en famille ou seul, car c’est pour tous, de 20h30 à 21h30 à l’église de MONTFORT.

Mercredi 13 décembre
* Chants de Noël avec les personnes âgées
Le temps de l’Avent est une période où nous essayons de nous rapprocher du Seigneur, où nous nous préparons à Le recevoir de tout notre cœur le soir de Noël. Une manière de le faire est de nous rapprocher de notre prochain notamment les plus fragiles, les plus seuls. Les enfants mais aussi les parents qui le souhaitent sont invités à la Résidence de l’Ourme (foyer logement) 5 rue de l’Ourme à Montfort de 14h45 à 16h00, pour chanter des chants de Noël avec les personnes âgées. A l’initiative d’une équipe de jeunes cheminant vers la Profession de Foi accompagnée de Sonia Drouet.

* Goûter de Noël festif organisé par l’équipe du Secours Catholique du secteur. Ce sera le mercredi 13 décembre prochain en après-midi. Vous êtes seules, isolées, venez partager ce temps de fête avec nous.
Contactez Raymonde au 0299092412, Annie au 0768658567 pour des renseignements et s’inscrire au goûter. 

Samedi 16 décembre
TEMPS FORT de « la pastorale des jeunes » pour tous les jeunes de la paroisse Saint Louis-Marie de la 5ème à la terminale avec au programme :
- 17h30 : RDV au presbytère de Montfort pour regarder un FILM « les intouchables », suivi d’un débat autour d’un pique-nique que chacun apporte
- 20h30 : célébration « PAR et POUR les jeunes » dans le nouvel oratoire du presbytère
- fin vers 22h00.
Chacun peut vivre tout ou partie du programme en fonction de ses envies et de ses disponibilités.
Pour toute information supplémentaire vous pouvez nous contacter Florence ou Vianney soit par mail flovoisin@yahoo.fr soit au 06 31 69 96 81.

NOEL sur la paroisse

Dimanche 24 décembre : Veillée de Noël
Célébrations à l’église de :
- Montfort à 18h00 et 22h00
- Bédée à 18h30
- Iffendic à 18h30.
Un conte de Noël avec la participation des enfants pour les veillées de 18h00 et 18h30 dans les différentes églises.
Après la veillée, au fond de l’église, verre de la fraternité.

Les Pères Yannick et Kamil invitent les personnes seules, familles isolées à partager un repas le soir de Noël au presbytère de Montfort à 20h00. S’inscrire lors des permanences d’accueil au presbytère.
Proposition à ceux qui le souhaitent d’offrir un plat à partager, à déposer au presbytère entre 12h00 et 14h00 le dimanche 24 décembre.

Lundi 25 décembre : Jour de Noël
Messe unique pour la paroisse à l’église de Talensac à 10h30.

JANVIER 2018

Dimanche 14 janvier
Célébration de la Confirmation pour une trentaine de jeunes du doyenné de Brocéliande à 10h30 en l’église de Montauban-de-Bretagne. Elle sera présidée par Mgr d’Ornellas.

Dimanche 21 janvier
Retour sur le pèlerinage en Pologne
Nous revenons d’un pèlerinage en Pologne sur les pas de Jean-Paul II et sur les lieux de grands Saints contemporains polonais. Nous vous avons portés dans nos prières. Nous aimerions vous partager notre joie et vous faire cheminer sur les pas de St Jean-Paul II, St Maximilien Kolbe, Ste Faustine, Bienheureux Père Popielusko. Nous vous invitons à se retrouver. Belle journée en perspective !


TEMPS FORT :
« ÉVEIL À LA FOI »

Une fois par mois le mercredi
de 16h45 à 17h45
au presbytère de Montfort

Ce sont des mamans de la paroisse qui animeront ce moment. A suivre, il est proposé un temps de prière à l’église à 18h00 où les parents sont invités à rejoindre les enfants jusque 18h30. Pour information durant la messe le dimanche à Montfort, il est proposé un temps adapté pour les jeunes enfants.

Plus d’infos ICI

Pour information durant la messe le dimanche à Montfort, il est proposé un temps adapté pour les jeunes enfants.


PARCOURS ALPHA

Un couple, ça se construit. « Prenez soin de votre couple autour de dîners en tête à tête… »
Renseignements et préinscriptions auprès de :
F. et L. BESNARD
Tél : 02 99 60 54 49
E.Mail : franleobesnard@orange.fr


Le père Claude Edet souhaite visiter les personnes seules, malades...
N’hésitez pas à lui faire appel. Il sera heureux de vous rencontrer.
Vous pouvez le contacter au presbytère d’Iffendic : 09 69 80 48 41.


PAROISSE SAINT LOUIS-MARIE EN BROCELIANDE - Tél. : 02 99 09 01 31 - Contact Presbytère
Webmaster | Designed & Realised by ClaireServices | Suivre la vie du site RSS 2.0
| Plan du site | Mentions légales