Bonjour, nous sommes le
mardi 19 février 2019

Accueil >Actualités > Au Conseil de l’Europe, le pape Fançois met en garde contre l’individualisme

Au Conseil de l’Europe, le pape Fançois met en garde contre l’individualisme

vendredi 28 novembre 2014, par Claire

Famille Chrétienne le 25 novembre 2014, par Antoine Pasquier

Souffle, profondeur, mise en perspective. Le 25 novembre, le pape François a redit dans l’hémicycle du Conseil de l’Europe l’importance pour le « vieux » continent de renouer avec ses racines et de retrouver sa jeunesse d’esprit.

Après le Parlement européen, le pape François est venu rappeler, mardi 25 novembre, au Conseil de l’Europe, les racines chrétiennes du continent européen et l’importance de l’apport et de la responsabilité de l’Europe dans le développement culturel de l’humanité. Dans un discours profond et empreint de convictions, le Saint-Père a mis en garde contre l’édification d’un « droit individualiste », coupé de la vérité et de la recherche du bien commun. Cette nouvelle conception des droits de l’Homme contribue, selon le pape, à la « globalisation de l’indifférence et au culte de l’opulence ».

Appelant l’Europe à retrouver sa jeunesse et sa vigueur, le pape François lui a demandé de renouer avec sa fécondité en vivant pleinement sa multipolarité et en favorisant l’ouverture d’un dialogue transversal, y compris avec les religions et tout particulièrement l’Église catholique.

Extraits choisis

« La paix blessée » en Europe

« La voie privilégiée vers la paix, […] c’est de reconnaître dans l’autre non un ennemi à combattre, mais un frère à accueillir. […] Pour conquérir le bien de la paix, il faut avant tout y éduquer, en éloignant une culture du conflit qui vise à la peur de l’autre, à la marginalisation de celui qui pense ou vit de manière différente.

Malheureusement, la paix est encore trop souvent blessée. Elle l’est dans de nombreuses parties du monde […]. Elle l’est aussi ici en Europe […]. Que de douleur et combien de morts encore sur ce continent, qui aspire à la paix, mais pourtant retombe facilement dans les tentations d’autrefois ! Pour cela, l’œuvre du Conseil de l’Europe dans la recherche d’une solution politique aux crises en cours est importante et encourageante. Mais la paix est aussi mise à l’épreuve par d’autres formes de conflit, tels que le terrorisme religieux et international, qui nourrit un profond mépris pour la vie humaine et fauche sans discernement des victimes innocentes. Ce phénomène est malheureusement très souvent alimenté par un trafic d’armes en toute tranquillité. […] La paix est violée aussi par le trafic des êtres humains, qui est le nouvel esclavage de notre temps […]. »

Les « racines profondes » de l’Europe

« En un certain sens, nous pouvons penser l’Europe à la lumière […] d’un peuplier, avec ses branches élevées vers le ciel et agitées par le vent, son tronc solide et ferme, ainsi que ses racines profondes qui s’enfoncent dans la terre […]. Si les racines se perdent, lentement le tronc se vide et meurt et les branches – autrefois vigoureuses et droites – se plient vers la terre et tombent. Ici, se trouve peut-être l’un des paradoxes les plus incompréhensibles pour une mentalité scientifique qui s’isole : pour marcher vers l’avenir, il faut le passé, de profondes racines sont nécessaires et il faut aussi le courage de ne pas se cacher face au présent et à ses défis. […] Les racines s’alimentent de la vérité, qui constitue la nourriture, la “sève” vitale de n’importe quelle société qui désire être vraiment libre, humaine et solidaire. »

Les droits individualistes et le « culte de l’opulence »

« Sans cette recherche de la vérité, chacun devient la mesure de soi-même et de son propre agir, ouvrant la voie à l’affirmation subjective des droits, de sorte qu’à la conception de droit humain, qui a en soi une portée universelle, se substitue l’idée de droit individualiste. Cela conduit à être foncièrement insouciant des autres et à favoriser la “globalisation de l’indifférence” qui naît de l’égoïsme, fruit d’une conception de l’homme incapable d’accueillir la vérité et de vivre une authentique dimension sociale. Un tel individualisme rend humainement pauvre et culturellement stérile, puisqu’il rompt de fait les racines fécondes sur lesquelles se greffe l’arbre. De l’individualisme indifférent naît le culte de l’“opulence”, auquel correspond la culture du déchet dans laquelle nous sommes immergés. »

« Europe, où est ta vigueur ? »

« Aujourd’hui, nous avons devant les yeux l’image d’une Europe blessée, à cause des nombreuses épreuves du passé, mais aussi à cause des crises actuelles, qu’elle ne semble plus capable d’affronter avec la vitalité et l’énergie d’autrefois. Une Europe un peu fatiguée et pessimiste, qui se sent assiégée par les nouveautés provenant des autres continents. À l’Europe, nous pouvons demander : où est ta vigueur ? Où est cette tension vers un idéal qui a animé ton histoire et l’a rendue grande ? Où est ton esprit d’entreprise et de curiosité ? Où est ta soif de vérité, que jusqu’à présent tu as communiquée au monde avec passion ? De la réponse à ces questions, dépendra l’avenir du continent. »

Multipolarité et transversalité : les deux défis de l’Europe

« Les tensions – aussi bien celles qui construisent que celles qui détruisent – se produisent entre de multiples pôles culturels, religieux et politiques. L’Europe aujourd’hui affronte le défi de “globaliser” de manière originale cette multipolarité. Parler de la multipolarité européenne signifie parler de peuples qui naissent, croissent et se projettent vers l’avenir. Aujourd’hui, l’Europe est multipolaire dans ses relations et ses tensions ; on ne peut ni penser ni construire l’Europe sans assumer à fond cette réalité “multipolaire”.

Dans le monde politique actuel de l’Europe, le dialogue uniquement interne aux organismes (politiques, religieux, culturels) de sa propre appartenance se révèle stérile. L’histoire aujourd’hui demande pour la rencontre, la capacité de sortir des structures qui “contiennent” sa propre identité, afin de la rendre plus forte et plus féconde dans la confrontation fraternelle de la transversalité. Une Europe qui dialogue seulement entre ses groupes d’appartenance fermés reste à mi-chemin ; on a besoin de l’esprit de jeunesse qui accepte le défi de la transversalité. »

« Religion et société sont appelées à s’éclairer réciproquement »

« C’est dans cette logique qu’il faut comprendre l’apport que le christianisme peut fournir aujourd’hui au développement culturel et social européen dans le cadre d’une relation correcte entre religion et société. Dans la vision chrétienne, raison et foi, religion et société sont appelées à s’éclairer réciproquement, en se soutenant mutuellement et, si nécessaire, en se purifiant les unes les autres des extrémismes idéologiques dans lesquelles elles peuvent tomber. La société européenne tout entière ne peut que tirer profit d’un lien renouvelé entre les deux domaines, soit pour faire face à un fondamentalisme religieux qui est surtout ennemi de Dieu, soit pour remédier à une raison “réduite”, qui ne fait pas honneur à l’homme. »

Protection de la vie et accueil des migrants

« Les thèmes d’actualité, dans lesquels je suis convaincu qu’il peut y avoir un enrichissement mutuel, où l’Église catholique peut collaborer avec le Conseil de l’Europe et offrir une contribution fondamentale, sont très nombreux. Il y a le domaine d’une réflexion éthique sur les droits humains. Je pense particulièrement aux thèmes liés à la protection de la vie humaine, questions délicates qui ont besoin d’être soumises à un examen attentif, qui tienne compte de la vérité de tout l’être humain, sans se limiter à des domaines spécifiques médicaux, scientifiques ou juridiques.

De même, ils sont nombreux, les défis du monde contemporains qui requièrent une étude et un engagement commun, à commencer par l’accueil des migrants, […] le grave problème du travail, surtout en ce qui concerne les niveaux élevés de chômage des jeunes, […] la question de la dignité du travail, […] la protection de l’environnement. »

Une « nouvelle agorà »

Il s’agit d’effectuer ensemble une réflexion dans tous les domaines, afin que s’instaure une sorte de « nouvelle agorà », dans laquelle chaque instance civile et religieuse puisse librement se confronter avec les autres, même dans la séparation des domaines et dans la diversité des positions, animée exclusivement par le désir de “vérité” et par celui d’édifier le “bien commun”.

breves



Si vous souhaitez prendre un temps d’écoute, le Père Yannick propose de vous recevoir individuellement. Contacter l’accueil du presbytère pour fixer cette rencontre.

INFOS !!!

PLANNING DES MESSES !

JANVIER 2019

Samedi 12 janvier
Rencontre des jeunes qui se préparent à la Profession de Foi à 10h au presbytère de Montfort.

Mardi 15 janvier
* Rencontre des membres qui assurent l’accueil au presbytère à 10h au presbytère de Montfort

* Accueil des relais des communautés chrétiennes à 11h au presbytère de Montfort

Lundi 21 janvier
Formation biblique pour les membres des équipes d’accompagnement des familles en deuil, des guides d’obsèques à 9h30 au presbytère de Montfort.

Mardi 22 janvier
Rencontre du MCR à 14h30 au presbytère de Montfort avec comme thème d’échanges « Les familles aujourd’hui ».

Jeudi 24 janvier
* Formation biblique pour les membres des équipes d’accompagnement des familles en deuil, des guides d’obsèques à 14h au presbytère de Montfort.

* Rencontre des parents des enfants qui se préparent à vivre la 1ère des communions à 20h30 à la salle paroissiale de Talensac.

Samedi 26 janvier
Rencontre des jeunes se préparant à la Profession de Foi de 10h à 11h30 au presbytère de Montfort .


PASTORALE des JEUNES du DOYENNE DE BROCELIANDE

La prochaine célébration des jeunes aura lieu le samedi 19 janvier à 19h00 à SAINT-MAUGAN
Accueil à 17h30 à la cantine de Saint-Maugan pour un goûter et une boisson chaude
Célébration à 19h00 pour tous les jeunes, leurs familles, leurs amis
Pique-nique mit en commun pour les jeunes (à partir de la 6ème) à la cantine de
Saint-Maugan.
Débat, ateliers, jeux,…
FIN à 22h00
N’hésitez surtout pas à diffuser très largement cette invitation !!


TEMPS FORT :
« ÉVEIL À LA FOI »

Une fois par mois le mercredi
de 17 à 18h
au presbytère de Montfort

Ce sont des mamans de la paroisse qui animeront ce moment. A suivre, il est proposé un temps de prière à l’église à 18h où les parents sont invités à rejoindre les enfants jusque 18h30.

Plus d’infos ICI

Pour information durant la messe le dimanche à Montfort, il est proposé un temps adapté pour les jeunes enfants.


Le père Claude Edet souhaite visiter les personnes seules, malades...
N’hésitez pas à lui faire appel. Il sera heureux de vous rencontrer.
Vous pouvez le contacter au presbytère d’Iffendic : 09 69 80 48 41.


PAROISSE SAINT LOUIS-MARIE EN BROCELIANDE - Tél. : 02 99 09 01 31 - Contact Presbytère
Webmaster | Designed & Realised by ClaireServices | Suivre la vie du site RSS 2.0
| Plan du site | Mentions légales