Bonjour, nous sommes le
jeudi 20 juin 2019

Accueil >Maison natale > Père Emmanuel GUIL, S.M.M. (1926 - 2012)

Père Emmanuel GUIL, S.M.M. (1926 - 2012)

Décédé le 13 octobre 2012, à Rennes (France).
Il était âgé de 86 ans dont 66 de profession religieuse.

Emmanuel Guil est né le 23 mars 1926 à Malestroit de Jean-Marie et de Marie-Sainte (née Guicquelais). Il fit ses études secondaires à l’école apostolique du Calvaire de Pontchâteau de 1939 à 1945, pendant la seconde guerre mondiale ce qui l’obligea, ainsi que ces camarades, à un temps de repli au château de Carheil. Le Père Emmanuel restera toujours attaché à Malestroit et surtout à la communauté des Soeurs Augustines de la Mère Yvonne-Aimée.

Un fait significatif de l’enfance d’Emmanuel : ayant des difficultés pour marcher, ses parents l’emmenèrent sur la tombe du Père René Mulot (premier successeur de saint Louis-Marie de Montfort) à Questembert implorant une guérison, le petit Emmanuel verra ses jambes se renforcer… et il deviendra le grand marcheur que nous avons connu. Un grand marcheur sur les pas du Père de Montfort !

C’est à Chézelles, qu’il fit son noviciat, prononça ses premiers vœux le 8 septembre 1946 et fit ses études de philosophie (de 1946 à 1948). Pour un an, il fit son service militaire en Allemagne. Puis ce fut le scolasticat de Montfort-sur-Meu pour la théologie (de 1949 à 1953). C’est là, qu’il fit ses vœux perpétuels le 29 juin 1952 et fut ordonné prêtre par Mgr L. Hardman SMM, Évêque au Malawi (Zomba).

Après une année d’éloquence à Celles-sur-Belle (1953-1954), le Père Emmanuel fut nommé missionnaire à Angoulême, à la communauté du sanctuaire de Notre-Dame d’Obezine (1954-1962). Il parlait souvent de son expérience d’Angoulême, notamment du Père Jean-Baptiste Le Bideau et de son œuvre de « Marie Mère des Pauvres » qui s’occupe d’enfants et de jeunes en difficulté.

De 1962 à 1964, il est à Pontchâteau comme missionnaire. Puis il sera nommé sous-maître des novices à Chézelles et aumônier de jeunes à l’Île Bouchard (1964-1968). Après une petite parenthèse d’une année à Celles-sur-Belle comme professeur de liturgie (1968-1969), il restera douze ans à Chézelles (1969-1981) comme prédicateur apprécié de retraites et de semaines de prières, comme responsable de la communauté et en charge paroissiale. Un accident de voiture lui permit, si l’on peut dire, de prendre une année de « recyclage » à l’Institut Catholique de Paris où il suivit la fameuse « année Barrau », année de formation permanente du clergé AFPC (1981-1982).

Le 8 septembre 1982, il part pour la Maison Natale de saint Louis-Marie à Montfort-sur-Meu où il restera dix ans (1982-1992).

Avec les Filles de la Sagesse, les Frères de Saint Gabriel, et son beau sourire, il assure l’accueil des pèlerins et visiteurs. Il y anime et dirige alors de nombreuses retraites sur les « pas de Montfort » et sur le « Secret de Marie » notamment. La chapelle de Saint-Lazare et l’église d’Iffendic vont presque chaque jour être les témoins de ses prières, et les chemins qui y mènent de ses méditations.

De 1992 à 1994, il fait un court séjour à Notre-Dame du Marillais avant de rejoindre la communauté du Calvaire de Pontchâteau dont il est supérieur durant trois mandats (1994-2006). Pendant cette période, il est également conseiller provincial (1993-2005). Son sens de l’accueil évangélique ouvre le Calvaire à des personnes d’horizons très divers. Son souci et son respect des autres, son amour de la paix et de la concorde mettent grâce et onction.

En 2006, il se lance dans une aventure nouvelle : l’ouverture d’une communauté internationale à la Maison Natale de saint Louis-Marie à Montfort-sur-Meu. La dimension internationale remplace désormais l’aspect inter-montfortain de la Maison Natale. Il vit cette nouvelle étape dans la sérénité et le désir de celui qui veut vivre ici-bas de la contemplation de l’au-delà. Il est l’âme, si on peut dire, de ce lieu de grâce. Son ministère est celui de l’écoute et de l’accueil ; dispensateur de la miséricorde du Seigneur. Puis cette expérience internationale se mua en noviciat international. Et il reçu une nouvelle mission : la prière et l’offrande de soi pour les novices ; « je te prie, disait-il au Seigneur, pour que parmi les novices d’aujourd’hui et de demain, il y ait de véritables mystiques, des hommes qui vivent vraiment de Dieu et avec Dieu ».

C’est à l’aube d’une nouvelle année de noviciat, qu’Emmanuel s’est éteint le samedi 13 octobre, jour de Notre Dame… Il savait ce qu’il l’attendait avec sa maladie de coeur ; il savait surtout qui l’attendait le coeur ouvert pour le recevoir…

Le Père Emmanuel Guil nous laisse son sourire inoubliable (« sourire » est le sens de son nom de famille en hébreu !) ; il nous laisse sa passion pour saint Louis-Marie de Montfort, son enthousiasme pour la spiritualité montfortaine, son amour pour la Famille montfortaine, sa vision ouverte et dynamique du charisme montfortain. Qu’il entre dans la joie de son Maître !

Si vous souhaitez prendre un temps d’écoute, le Père Yannick propose de vous recevoir individuellement. Contacter l’accueil du presbytère pour fixer cette rencontre.


Grande soirée bioéthique à Rennes avec Mgr Pierre d’Ornellas et le député Xavier Breton

Lundi 6 mai 2019



Le père Claude Edet souhaite visiter les personnes seules, malades...
N’hésitez pas à lui faire appel. Il sera heureux de vous rencontrer.
Vous pouvez le contacter au presbytère d’Iffendic : 09 69 80 48 41.


PAROISSE SAINT LOUIS-MARIE EN BROCELIANDE - Tél. : 02 99 09 01 31 - Contact Presbytère
Webmaster | Designed & Realised by ClaireServices | Suivre la vie du site RSS 2.0
| Plan du site | Mentions légales