Accueil >Actualités > Messes d’action de grâce pour Benoît XVI :

Messes d’action de grâce pour Benoît XVI :

samedi 9 mars 2013, par Claire

« un moment historique et un enseignement si lumineux ! »

Jeudi 28 février, au moment ou le Pape Benoît XVI quittait officiellement ses fonctions au Vatican, les catholiques d’Ille-et-Vilaine se sont rassemblés dans les cathédrales de Rennes et de Saint-Malo pour rendre grâce pour son pontificat. Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, présidait la Messe à Rennes.

Messe d’action de grâce pour le pape Benoît XVI Homélie de Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes en la Cathédrale Saint-Pierre de Rennes, le 28 février 2013

« Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église. » Telle est la Parole que Jésus prononce en faisant une déclaration à l’Apôtre Pierre. À l’heure où le pape Benoît XVI vient de renoncer à sa mission d’Évêque de Rome et de Successeur de l’Apôtre Pierre, cette Parole résonne avec une acuité particulière. Nous savons qu’elle a habité la pensée de Benoît XVI à partir du jour où il fut élu Pape, le 19 avril 2005, et jusqu’à la fin, comme il en fit part au lendemain du 11 février 2013 où il a annoncé sa prochaine renonciation.

Confiance inébranlable dans le Christ !

Écoutons ce qu’il a dit au lendemain de son élection après le long Pontificat de Jean-Paul II : « Je repense, en ces heures, à ce qui eut lieu dans la région de Césarée de Philippe, il y a deux mille ans. Il me semble entendre les paroles de Pierre : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant », et l’affirmation solennelle du Seigneur : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise... Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux » (Mt 16, 15-19).

Tu es le Christ ! Tu es Pierre ! Il me semble revivre la même scène évangélique ; moi, le Successeur de Pierre, je répète avec ardeur les paroles vibrantes du pêcheur de Galilée et j’écoute à nouveau avec une intime émotion la promesse rassurante du divin Maître. Si le poids de la responsabilité qui est placée sur mes pauvres épaules est immense, la puissance divine sur laquelle je peux compter est assurément démesurée : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (Mt 16, 18). (…)

Je m’apprête à entreprendre ce ministère particulier, le ministère « pétrinien » au service de l’Église universelle, en m’abandonnant humblement entre les mains de la Providence de Dieu. C’est tout d’abord au Christ que je renouvelle mon adhésion totale et confiante. »

Pour nous aussi, aujourd’hui, nous devons entendre la Parole de Jésus : « Je bâtirai mon Église. » Il ne cesse d’être présent. Le Christ est ressuscité ! Il est vivant ! Il se tient au milieu des croyants. Il va au devant de chaque personne. Il comble de façon définitive l’abîme entre l’homme et Dieu. Il est plus présent à nous-mêmes que nous ne le pensons. Il est plus présent à nos familles que nous l’imaginons. Il est plus présent à nos Communautés Chrétiennes, à notre Diocèse, à l’Église que nous pouvons le percevoir. Il est toujours là, « avec nous », nous offrant sans cesse son amitié.

En écoutant cet Évangile, nous sommes invités à renouveler notre foi au Christ, à désirer de plus en plus grandir dans l’amitié avec Lui, à mettre notre confiance en Lui, sans avoir peur. Dès le début de son Pontificat, Benoît XVI nous a appelés à vivre « l’amitié avec le Fils de Dieu ».

Un enseignement si lumineux !

Que retenir de son Pontificat ? Chacun saura approfondir l’enseignement qu’il nous a laissé. Beaucoup de points seraient à signaler. Ce n’est pas le lieu ici d’en faire l’énumération. Nous savons tous comment il fut habité par l’exigence crucifiante de la vérité et de la sainteté chez tous les membres de l’Église. Nous savons tous comment il fut passionné par la recherche constante et douloureuse de l’unité de l’Église. Nous savons tous comment il eut le souci permanent de l’écoute et du dialogue, en particulier avec les juifs qu’il appelle « nos frères aimés dans la foi », et avec les musulmans comme en témoigne son dernier voyage qui fut au Liban.

Nous savons tous quel fut son discernement sur la grandeur de l’intelligence humaine et sur sa relation avec Dieu : Benoît XVI a indiqué clairement les chemins de l’harmonie entre foi et science, en évoquant plusieurs fois la figure de Galilée. Cet aspect de son enseignement est si capital dans notre monde gorgé de techniques et de sciences !

Il fut sans conteste un apôtre de la raison humaine qui cherche la vérité. Dans son exhortation pour le Moyen Orient, il écrit : « Nous savons bien que la vérité hors de Dieu n’existe pas comme un en soi. Elle serait alors une idole. La vérité ne peut se développer que dans l’altérité qui ouvre à Dieu qui veut faire connaître sa propre altérité à travers et dans mes frères humains. Ainsi, il ne convient pas d’affirmer de manière excluante : ‘je possède la vérité’. La vérité n’est possédée par personne, mais elle est toujours un don qui nous appelle à un cheminement d’assimilation toujours plus profonde à la vérité. La vérité ne peut être connue et vécue que dans la liberté, c’est pourquoi, nous ne pouvons pas imposer la vérité à l’autre ; la vérité se dévoile seulement dans la rencontre d’amour. » (n. 27)

Benoît XVI traça aussi une route ambitieuse pour une société de droits et une juste régulation financière, basée sur la dignité de la personne humaine et sur la dignité de la communauté humaine. Ses enseignements sont riches de lumières pour tous ceux et toutes celles qui veulent bien les lire sans a priori, avec bienveillance.

La paix, aujourd’hui !

Nous le savons aussi, il fut un inlassable apôtre de la paix : « Seigneur, réalise ta promesse ! Fais que là où se trouve la discorde naisse la paix ! Fais que là où règne la haine jaillisse l’amour ! Fais que là où dominent les ténèbres surgisse la lumière ! Fais-nous devenir des porteurs de ta paix ! » (24 décembre 2005) Ou encore : « Libère-nous, ô Seigneur, de tous les maux, accorde la paix à notre temps« . Que telle soit notre prière en ce moment : »Libère-nous de tous les maux et donne-nous la paix". Ni demain ni après-demain : donne-nous, Seigneur, la paix aujourd’hui ! » (23 juillet 2006)

Pour Benoît XVI, la source de la paix est la « transcendance de la personne humaine », comme l’enseigne le concile Vatican II (Gaudium et spes, n. 76). Il l’a dit à l’ONU en rappelant qu’il est nécessaire : « d’assurer une protection plus grande aux droits de la personne. Ces droits trouvent leur fondement et leur forme dans la nature transcendante de la personne, qui permet aux hommes et aux femmes d’avancer sur le chemin de la foi et de la recherche de Dieu dans ce monde. Il faut renforcer la reconnaissance de cette dimension si nous voulons soutenir l’espérance de l’humanité en un monde meilleur et si nous voulons créer les conditions pour la paix, le développement, la coopération et la garantie des droits pour les générations à venir. » (18 avril 2008) Pour la paix, il fut un apôtre de la liberté religieuse qui est au fondement de toutes les libertés.

L’homme et Dieu : deux amis !

C’est pourquoi, Benoît XVI nous a partagé la conviction de l’Église : l’homme et Dieu sont amis l’un de l’autre. Ecoutons-le : « L’homme qui s’abandonne totalement entre les mains de Dieu ne devient pas une marionnette de Dieu, une personne consentante ennuyeuse ; il ne perd pas sa liberté. Seul l’homme qui se remet totalement à Dieu trouve la liberté véritable, l’ampleur vaste et créative de la liberté du bien. L’homme qui se tourne vers Dieu ne devient pas plus petit, mais plus grand, car grâce à Dieu et avec Lui, il devient grand, il devient divin, il devient vraiment lui-même. L’homme qui se remet entre les mains de Dieu ne s’éloigne pas des autres ; au contraire, ce n’est qu’alors que son cœur s’éveille vraiment et qu’il devient une personne sensible et donc bienveillante et ouverte. Plus l’homme est proche de Dieu et plus il est proche des hommes. » (8 décembre 2005)

La charité, notre seul avenir !

Benoît XVI nous a confirmé dans la foi inséparable de la charité puisque Dieu est amour. Il a commencé en nous donnant son encyclique « Dieu est Amour » et il part en nous laissant le Motu Proprio sur le service de la charité qui est une dimension essentielle de l’Église (11 novembre 2012).

Alors qu’il a annoncé sa renonciation, il reçoit, le 15 février, un groupe de pèlerins. Il leur dit : « La foi est une réalité vivante qu’il faut sans cesse découvrir et approfondir afin qu’elle puisse grandir. C’est elle qui doit orienter le regard et l’action du chrétien. Car elle est un nouveau critère d’intelligence et d’action qui change toute la vie de l’homme. Comme j’ai eu l’occasion de le dire dans la Lettre apostolique Porta fidei, l’Année de la Foi est une occasion propice pour intensifier le témoignage de la charité. « La foi sans la charité ne porte pas de fruit et la charité sans la foi serait un sentiment à la merci constante du doute. Foi et charité se réclament réciproquement, si bien que l’une permet à l’autre de réaliser son chemin » (n. 14).

Pour vivre ce témoignage de la charité, la rencontre du Seigneur qui transforme le cœur et le regard de l’homme est donc indispensable. En effet, c’est le témoignage de l’amour de Dieu pour chacun de nos frères en humanité qui donne le vrai sens de la charité chrétienne. Celle-ci ne peut se réduire à un simple humanisme ou à une entreprise de promotion humaine. L’aide matérielle, aussi nécessaire soit-elle, n’est pas le tout de la charité qui est participation à l’amour du Christ reçu et partagé.

Toute œuvre de charité authentique est donc une manifestation concrète de l’amour de Dieu pour les hommes et par là elle devient annonce de l’Évangile. En ce temps du Carême, que les gestes de charité, généreusement accomplis (cf. Mt 6, 3), permettent à chacun de progresser vers le Christ, lui qui ne cesse de venir à la rencontre des hommes ! » (15 février 2013) Benoît XVI en axant tout son Pontificat sur l’amour nous ouvre au seul avenir possible : celui de la charité active, dans la vérité, pour tout homme quel qu’il soit.

Le livre de l’humilité et de la douceur

Benoît XVI a beaucoup écrit. Ce qui est gravé dans notre cœur par Dieu lui-même, c’est l’amour. Il a manifesté l’amour qui habite au cœur de l’Église, qui est sa raison d’être, qui est la source de sa mission. Il est impressionnant de voir comment il revient constamment à la charité active. Je ne citerais que ce passage qui conclut son encyclique « Dieu est Amour » : « Cette juste manière de servir rend humble celui qui agit. Il n’assume pas une position de supériorité face à l’autre (…). Le fait de pouvoir aider n’est ni son mérite ni un titre d’orgueil. Cette tâche est une grâce. (…) Parfois, le surcroît des besoins et les limites de sa propre action pourront l’exposer à la tentation du découragement. Mais c’est alors justement que l’aidera le fait de savoir qu’elle n’est, en définitive, qu’un instrument entre les mains du Seigneur ; elle se libérera ainsi de la prétention de devoir réaliser, personnellement et seule, l’amélioration nécessaire du monde.

Humblement, elle fera ce qu’il lui est possible de faire et, humblement, elle confiera le reste au Seigneur. C’est Dieu qui gouverne le monde et non pas nous. Nous, nous lui offrons uniquement nos services, pour autant que nous le pouvons, et tant qu’il nous en donne la force. Faire cependant ce qui nous est possible, avec la force dont nous disposons, telle est la tâche qui maintient le bon serviteur de Jésus-Christ toujours en mouvement : « L’amour du Christ nous presse » (2 Co 5,14). » (n. 35)

Mais il est un écrit pour lequel Benoît XVI n’a tracé aucun mot, un écrit qui n’est pas fait de main d’homme et que l’Esprit Saint grave au cœur de celui qui reconnaît tout autant la grandeur souveraine de Dieu que sa présence infiniment proche. Cet écrit est une réalité vivante dont Benoît XVI a laissé un témoignage que nul ne conteste. Cet écrit s’appelle : « l’humilité ». Il s’appelle aussi « douceur ». Cet écrit jaillit de l’amitié avec le Christ, lui qui nous dit : « Mettez vous à mon école, je suis doux et humble de cœur. » (Matthieu 11, 29). Cet écrit jaillit aussi de la confiance inébranlable dans le Christ ressuscité, Lui qui aujourd’hui, nous dit tout à la fois : « N’ayez pas peur. » et « Je bâtirai mon Église. »

Vous pouvez consulter les photos et vidéo de cette messe d’action de grâce pour Benoît XVI sur le site du diocèse

Bonjour, nous sommes le
mercredi 28 juin 2017

breves



Si vous souhaitez prendre un temps d’écoute, le Père Yannick propose de vous recevoir individuellement. Contacter l’accueil du presbytère pour fixer cette rencontre.

INFOS !!!

PLANNING DES MESSES !

Fermeture de la Chapelle Saint Joseph : Les célébrations de la semaine auront lieu à l’avenir à l’oratoire de l’église à partir du 27 octobre 2016.

MAI

Mardi 30 mai
Le Père Yannick invite tous les acteurs de la Communauté Chrétienne locale de
Talensac à 20h00 à la salle paroissiale de Talensac.

Mercredi 31 mai
Préparation Messe de la Profession de Foi : Le Père Yannick vous propose aux parents d’un enfant inscrit à la Profession de Foi de se retrouver pour préparer cette cérémonie à 20h30 à la salle paroissiale d’Iffendic.

JUIN

Vendredi 2 juin
Tu as entre 12 et 20 ans, tu es invité au presbytère de Montfort à 20h00, pour nous partager tes attentes, tes envies, tes projets pour les jeunes de notre paroisse.
Nous irons ensuite avec la Père Yannick à la découverte d’un lieu qui sera tout spécialement réservé aux jeunes.
Pour plus d’informations, tu peux nous contacter : Florence et Vianney au 06.31.69.96.81 ou le Père Yannick

Samedi 3 juin
Rencontre du groupe de Profession de Foi de 10h00 à 11h30 au presbytère de Montfort

Mercredi 7 juin
Eveil à La Foi des 4 /7 ans à 16h45 au presbytère de Montfort suivi de l’Adoration à l’Oratoire de l’Eglise à 18h00.


A RETENIR SUR VOS AGENDAS
Vous avez 1 an, 5 ans, 10 ans... 30, 40, 50, 60 ans… de mariage !
Venez les fêter lors de la célébration eucharistique du 19 novembre à 11h00 à Montfort.
S’inscrire au presbytère.

Concert à l’église de la Nouaye le 5 juin à 17h00

Nathalie Aubinais, Gilles Le Brazidec, Jean-Luc Schaeffer, Michel Lamarche, enseignements dans la région Bretagne, 4 musiciens passionnés par leur instrument, la trompette, se sont réunis pour faire découvrir un répertoire peu connu. Ils joueront des transpositions de compositeurs « classiques » mais aussi plusieurs pièces originales écrites depuis la fin du 19ème siècle pour cette formation.
« Les Lundis de la Pentecôte » à l’église de la Nouaye à 17h00.
Entrée et participation libres.
Contact : 02 99 09 05 88
Site : https://academiepaulleflem.jimdo.com/


Camp de l’école de prière

7 jours pour grandir dans la foi !

du 17 au 23 juillet, au Centre spirituel de la Roche-du-Theil à Bains-sur-Oust.

« Mettez-vous à mon école car je suis doux et humble de cœur », Mathieu 2, 29.
Se mettre à l’école de Jésus, Le rencontrer dans Sa parole et Le prier au désert, seul, en silence, c’est une expérience unique. Et si cela semble exigeant, c’est possible dans un contexte de vie fraternelle joyeuse (jeux, veillées, ateliers) qui est l’autre facette de la rencontre avec le Seigneur. 

- L’école de prière du diocèse accueille 75 enfants, garçons et filles, de 8 à 14 ans (de la fin du CE1 à la fin de la 4è)

- Les temps spirituels et de service sont vécus en petite fraternité (6 ou 7 enfants du même âge, accompagnés d’un(e) animateur/trice). Pour les autres temps (repas, jeux, ateliers, veillées), petits et grands se retrouvent ensemble.

Pour s’inscrire et/ou en savoir plus, une seule adresse : http://epjrennes.fr/
Contact : Marie et Guillaume Thomas - 09 73 15 24 90 / 06 20 27 08 88


Pèlerinage en Pologne sur les pas de Jean-Paul II

du 3 au 10 octobre 2017

La paroisse vous propose un pèlerinage en Pologne sur les pas de Jean-Paul II, accompagné des Pères Yannick et Kamil.
Des dossiers vous détaillant le programme et pour l’inscription sont à votre disposition au presbytère de Montfort.


PARCOURS ALPHA

Un couple, ça se construit. « Prenez soin de votre couple autour de dîners en tête à tête… »
Renseignements et préinscriptions auprès de :
F. et L. BESNARD
Tél : 02 99 60 54 49
E.Mail : franleobesnard@orange.fr


TEMPS FORT :
« ÉVEIL À LA FOI »

Une fois par mois le mercredi
de 16h45 à 17h45
au presbytère de Montfort

Ce sont des mamans de la paroisse qui animeront ce moment. Nous t’emmènerons ensuite à l’église pour un temps de prière avec le Père Yannick qui se terminera à 18h30, puis il y aura la messe à laquelle tu peux bien sûr rester. Tu peux venir avec tes copains de Grande section et de CP.

Plus d’infos ICI


Le père Claude Edet souhaite visiter les personnes seules, malades...
N’hésitez pas à lui faire appel. Il sera heureux de vous rencontrer.
Vous pouvez le contacter au presbytère d’Iffendic : 09 69 80 48 41.


PAROISSE SAINT LOUIS-MARIE EN BROCELIANDE - Tél. : 02 99 09 01 31 - Contact Presbytère
Webmaster | Designed & Realised by ClaireServices | Suivre la vie du site RSS 2.0
| Plan du site | Mentions légales